La Belgique et le 1er Empire


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Bataillon Corse de l'Ile d'Elbe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corso
Petit curieux
avatar

Nombre de messages : 9
Localisation : St Gély du Fesc - 34980
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Le Bataillon Corse de l'Ile d'Elbe   Sam 3 Sep 2005 - 2:40

Very Happy
Bonjour,
Un petit clin d'oeil à une unité qui m'est particulièrement chère. C'est le Bataillon Corse de l'île d'Elbe.
Formé à partir d'éléments Corses, provenant du 35° Léger qui stationne dans l'ile à l'arrivée de l'Empereur, et qui doit regagner la France dans les jours qui suivent. Napoléon estime que la Garde qu'on lui autorise n'est pas suffisante pour garantir sa sécurité. Il sollicite donc ses compatriotes.

Il décide de la création d'un bataillon à 400 hommes, mais l'effectif ne sera jamais atteint, si le prestige de servir l'Empereur déchu, semble attrayant, le service qui consistera à caserner et à effectuer des travaux de construction, entraînera moult désertions. La prime d'engagement est de 12 francs, et la solde de 9 sous par jour plus le pain.

Les effectifs seront tellement fluctuant, que l'on recrutera des éléments toscans, français et polonais.

Le Bataillon comprend 4 compagnies à l'effectif théorique de 100 hommes, aucune d'élite, chacune comprenant : 1 capitaine- 1 lieutenant - 1 S/Lieutenant - 1 sergent-major - 4 sergent - 8 caporaux - 84 chasseurs - 2 tambours. Il est commandé par Joseph Marie Louis Guasco, chef de bataillon du 35° Léger.

Le premier uniforme semble être celui du 35° Léger, c'est à dire l'uniforme de l'infanterie légère de la coupe de 1812, le shako arborant la cocarde elboise, blanche et rouge à l'intérieur à 3 abeilles d'or.
Ce serait dans le courant du mois de septembre 1814 que l'on décide de modifier la tenue du Bataillon des Chasseurs Corses. Ou du moins de leur créer un uniforme, car ils usent les uniformes de drap bleu.
On décide de les habiller d'un uniforme de drap vert passepoilé de jonquille, distingué de rouge aux retroussis. Cet uniforme n'est pas sans rappeler celui des Flanqueurs de la Jeune Garde.

En février 1815, l'Empereur décide de reprendre son trône, on habille de neuf les compagnies du Bataillon le 21 février 1815. Seules la 4ème Compagnie ne percevra pas l'uniforme vert.

On en ignore les raisons, s'est-on trouvé à court de drap vert ? A-t-on fini d'user les stocks de drap bleu disponibles ? Les maîtres tailleurs n'ont-ils tout simplement pas eu le temps nécessaire pour terminer.

Le 26 février 1815, le Batailon des Chasseurs Corses prend officiellement le nom de Bataillon de Flanqueurs de l'île d'Elbe.

Le 1er mars 1815, c'est le débarquement au Golfe Juan, le premier geste des soldats est de jeter à la mer la cocarde elboise, et d'arborer au shako la cocarde tricolore.

L'Empereur jugeant que le couloir du Rhône n'est pas sûr. Il craint un mouvement royaliste, il décide de gagner Lyon par la Route des Alpes. Il enjoint Cambronne de se porter en avant-garde, et lui prescrit de ne pas tirer un seul coup de feu.

En arrivant à Gap, des femmes remettent au Bataillon des Flanqueurs un drapeau tricolore, en échange de leur fanion de soie verte, semée d'abeilles d'or et chargé en son milieu d'un cornet.

Puis c'est l'arrivée triomphale à Paris le 20 mars. Napoléon réorganise sa garde. Le bataillon des Flanqueurs de l'ile d'Elbe qui rejoint le 2 avril, est versé au 1er Régiment des Voltigeurs de la Jeune Garde. Ils sont casernés à Rueil.
Le 9 avril, ils sont passés en revue par l'Empereur.

Le 1er Rgt de Voltigeurs passe les mois d'avril et de mai à s'organiser. Il marche avec le 1er Rgt de Tirailleurs, avec lequel il forme la 1ere Brigade aux ordres du Gal Chartran, de la 1ère Division sous les ordres du Gal Baron Barrois. Il est fort probable, et même certain, que les Corses conservèrent leur uniforme vert pour les 3 premières compagnies et bleu pour la quatrième.

Le 16 juin, ils sont à Ligny. La jeune Garde est engagée sur la route de Sombreffe. A la sortie du bois de Fleurus. Elle prend position sur la chaussée en formation serrée. Sous les ordres du Gal Duhesme, elle soutient l'effort du III° Corps. Ligny est pris au soir, la Jeune garde a eu 300 tués et 500 blessés.
Le 17 juin, L'empereur visite le champ de bataille où le 1er Voltigeur a passé la nuit.
Le 18 juin au matin, Il pleut, la Jeune Garde lève le camp et prend la route de Rossome, à un peu plus d'1 km de Plancenoît. Le 1er Voltigeurs reste sur ses positions jusque vers 15 heures. Elle reçoit l'ordre de se porter en avant de la Ferme du Caillou.
Vers 16 heures 30, elle est engagée dans Plancenoît, et au Nord de celui-ci face au Corps de Bulow qui arrive de l'Est, le long du ruisseau de Lasne. La division de Jeune Garde après un combat violent contre le 15° Rgt Prussien et la Landwehr silésienne cède devant une contre-attaque constituée de 16 bataillons emmenés par le Gal Hiller. On se bat dans les rues de Plancenoît, le cimetière, où la Jeune Garde a été renversée. Les Prussiens moins bien abrités subissent des pertes terribles, ils sont pris de flanc et chassés par les lanciers emmenés par Subervie.
Vers 18 heures, le Gal Duhesme est blessé à mort. Les lignes se rompent, mais l'on se bat toujours dans Plancenoît. La ligne de combat se rompt soudain, les voltigeurs se replient et s'abritent dans les carrés de la Vieille Garde.
A 19 heures, dans un suprême effort, les Français repoussent une dernière fois les Prussiens. Dans le village de Plancenoît ravagé par les flammes, tout n'est que ruines, des Voltigeurs continuent le combat, et se fusillent avec le 2° Landwehr de Westphalie et des Poméraniens. Puis succombant sous le nombre, c'est la déroute. A 21 heures 30, les survivants des Voltigeurs et des Tirailleurs se replient et se réfugient dans le carré du 1er Grenadiers.
Ils se replient en assez bon ordre sous les ordres du Gal Roguet, qui a pris le commandement de la 1ère Division de jeune Garde, qui les mène jusque sur les hauteurs de Charonne le 29 juin. Il ne reste plus que 200 officiers et 2 000 hommes tant de Vieille que de Jeune Garde.
Le 15 Juillet, la 1ère Brigade de la 1ère Division, se trouve à Montluçon, où elle compte 131 officiers et 1.016 hommes provenant des 1er, 3ème, 6ème Voltigeurs et 1er & 3ème Tirailleurs.
Les Corses, comme tout un chacun, ont fait leur devoir, leur chef, le colonel Guasco a été blessé, et nombre des leurs reposent dans les mornes plaines du Nord.

Sur son lit de douleur, Napoléon à Ste Hélène n'oubliera pas ses braves soldats, puisqu'il léguera 200.000 Francs aux amputés de Ligny & de Waterloo. "Il sera donné le double à la garde, quadruple à ceux de l'ile d'Elbe".

Corso


Dernière édition par le Dim 4 Sep 2005 - 20:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pageperso.aol.fr/JnpBustanico/SommaireSite1.html
Stephane
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Le Bataillon Corse de l'Ile d'Elbe   Dim 4 Sep 2005 - 8:12

Merci Corso pour ce récit très intéressant.

Après Waterloo, est-ce que ce bataillon reprend sa particularité de bataillon corse ou reste-t-il dans la garde définitivement ? A moins qu'il ait été dissout Confused

Merci

Stéphane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Petit curieux
avatar

Nombre de messages : 9
Localisation : St Gély du Fesc - 34980
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: Le Bataillon Corse de l'Ile d'Elbe   Dim 4 Sep 2005 - 20:21

Very Happy
Bonjour Stéphane,

Excellente question.
Les Corses perdent leur particularisme au sein de l'armée française.
Il n'y a qu'en Corse avec les célèbres Voltigeurs créés pour servir d'auxiliaire à la Gendarmerie Royale.
Je pense qu'à la chute de l'Aigle, les Corses ont suivi le destin de la Garde.
La Jeune Garde a été durement éprouvée, une étude de l'unité à Vincennes s'impose pour connaître le destin de ces hommes au retour de Louis XVIII.
Corso
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pageperso.aol.fr/JnpBustanico/SommaireSite1.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Bataillon Corse de l'Ile d'Elbe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bataillon Corse de l'Ile d'Elbe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Bataillon Belore
» Cerfs de Corse (7) VS Faucons de Normandie (2)
» Blog pour expulser le seul gitan de Corse : wade2a
» Composition d'un bataillon
» Bataillon indisponible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Belgique et le 1er Empire :: Les forces en présence, les armées, les personnages-
Sauter vers: